fbpx

Accueil » Blog » Qu’est-ce que le référencement naturel (SEO) aujourd’hui ?

RGPD :

Commentaires – 

0

Commentaires – 

0

Qu’est-ce que le référencement naturel (SEO) aujourd’hui ?

29 Oct 2021

Vous voulez une stat déprimante ? Bien sûr, qui n’en veut pas ?

Seuls 0,78 % des utilisateurs de Google cliquent sur les résultats de recherche de la deuxième page (source : Backlinko). Cela dit, il n’y a de quoi déprimer que si vos contenus importants ne sont pas référencés en première page. Certes, c’est le cas de beaucoup de propriétaires de sites…

Le problème se résume à ce sigle que tous les acteurs du business en ligne connaissent aujourd’hui : SEO, pour « Search Engine Optimization ». Forcément, si vos pages sont mal placées dans les résultats de recherche naturels de Google, c’est que vous n’avez pas optimisé votre approche de création de contenu pour les moteurs de recherche.

Mais vous êtes loin d’être un cas isolé. Le référencement naturel a la réputation d’être un canal d’acquisition de trafic relativement fastidieux. Et cela suffit à décourager beaucoup d’entreprises d’y investir du temps et de l’argent.

Pourtant, un SEO performant est un levier de croissance extrêmement rentable, grâce auquel les bénéfices peuvent croître de manière exponentielle, parce que les efforts accumulés y créent une dynamique semblable à celles des intérêts composés. Et, avec une approche intelligente, quelques mois peuvent suffire à récolter les premiers fruits de votre travail.

En fait, c’est surtout la méconnaissance de ce canal qui pousse beaucoup d’entreprises à le reléguer au second plan.

Alors, le SEO, c’est quoi concrètement ?

 

 

qu est ce que le référencement naturel seo

 

Google, mais pas que…

 

En France, Google dépasse les 90% de parts de marché dans le domaine des moteurs de recherche. Mieux, sur mobile, qui est aujourd’hui le terminal de navigation le plus utilisé, il atteint les 97% de parts de marché. Rien d’étonnant, donc, à ce que beaucoup de gens réduisent le SEO au référencement naturel sur Google.

Chez AdPremier, on a toujours été attentifs à ce qui se fait sur les autres moteurs de recherche, notamment sur Bing. Que ce soit en référencement payant (SEA) ou en référencement « gratuit », le désintérêt massif des entreprises pour les utilisateurs des concurrents de Google crée parfois d’excellentes opportunités sur ces plateformes. Cela dit, en SEO, les règles n’y sont pas très différentes de celles de Google. Un bon travail de référencement sur Google aura donc toutes les chances de produire de bons résultats sur Bing, Qwant, Ecosia, etc.

En revanche, un aspect plus intéressant de la question réside dans les nouvelles pratiques des internautes, qui les conduisent à effectuer de plus en plus de recherches sur des sites qui ne sont pas à proprement parler des moteurs de recherche.

C’est notamment le cas avec YouTube. Dans les faits, bien qu’étant originairement un réseau social bâti autour de la vidéo, la plateforme est aujourd’hui le deuxième moteur de recherche du monde. On vous a d’ailleurs déjà donné quelques astuces pour attirer du trafic organique en optimisant votre référencement naturel sur YouTube. Dans certains secteurs, c’est un axe stratégique qui peut générer beaucoup d’acquisition de type SEO.

Amazon est également un exemple de ces gros acteurs du web qui, aujourd’hui, concurrencent sérieusement Google sur son terrain de moteur de recherche. Et pour cause, sur les requêtes transactionnelles, le site de Jeff Bezos est même devenu une priorité pour les internautes, qui s’y rendent souvent sans même passer par la case Google. Il peut donc être intéressant, pour les entreprises, d’y déployer un vrai travail de référencement organique.

 

Les 3 piliers du SEO

 

Dans la pratique, on répond souvent à la question « Qu’est-ce que le SEO ? » en présentant les trois piliers de toute stratégie de référencement naturel qui nourrit un minimum d’ambition : le contenu, la technique, les backlinks.

 

La création de contenu

 

Cela ne vous étonnera pas : pour être référencé dans les moteurs de recherche, il vous faut avoir publié au préalable du contenu à référencer. Et, un contenu optimisé pour le référencement, c’est un contenu qui apporte des réponses pertinentes à des questions que se posent réellement les internautes.

On a coutume de faire reposer les stratégies SEO de création de contenu sur l’identification de mots clés cibles. L’idée est de repérer de bonnes opportunités sur des requêtes enregistrées dans les moteurs de recherche pour s’y positionner et générer ainsi du trafic qualifié pour son business.

Or, il est de plus en plus performant d’adopter une approche qui se tourne plus vers les intentions des recherches que vers les mots clés stricto sensu. Depuis quelque temps, Google fait clairement évoluer son algorithme dans ce sens et sait, avec de plus en plus de précision, faire correspondre le contenu d’une page avec l’intention exprimée par une requête saisie dans sa barre de recherche. L’optimisation des contenus tournée vers les mots clés a donc tendance à devenir moins importante, au profit d’une optimisation tournée vers l’utilité et la pertinence.

 

L’optimisation technique

 

Si l’axe « création de contenu » a tendance à devenir plus intuitif et plus facile d’accès pour les entreprises, l’optimisation technique des pages, elle, demeure un travail plus pointu.

Concrètement, tant que Google confiera la lecture de vos pages à des robots d’indexation (c’est-à-dire pour encore quelques siècles au minimum…), vos pages devront être aussi compréhensibles que possible par ces robots. Leurs métadonnées devront par exemple être correctement renseignées, la structure de leurs titres et sous-titres devra être explicite, leurs balises « image » devront répondre aux exigences, etc.

Mais l’optimisation technique ne se limite pas à cet aspect « on page ». Elle intègre également le maillage interne de votre site (qui doit permettre de distribuer habilement le budget « crawl » qui vous est alloué par les Google Bots), la vitesse de chargement de vos pages, la sécurisation de votre navigation ou encore la dimension responsive de votre design.

Eh oui, on vous l’avait dit, c’est un travail relativement pointu, sur lequel nos experts dédiés peuvent vous accompagner.

 

Le développement du netlinking

 

Ce troisième pilier du référencement naturel est sûrement le plus problématique. Sa prise en compte est une source de divisions y compris entre certains experts SEO.

L’idée : pour gagner en autorité aux yeux de Google et donc remonter dans ses résultats de recherche, vos pages doivent être « citées » par d’autres pages. En intégrant sur leur site des liens vers vos pages, d’autres acteurs du web vous transfèrent une part de leur propre autorité. Ce sont les fameux « backlinks » après lesquels courent de nombreux propriétaires de sites.

Pour certains, ces backlinks ne sont qu’un moyen d’accélérer les résultats à court terme, mais un levier dont on pourrait quasiment se passer à long terme avec une optimisation interne efficace. C’est par exemple le point de vue des adeptes du « cocon sémantique », une approche développée par Laurent Bourrelly.

Pour d’autres, ces backlinks sont indispensables et devraient représenter l’essentiel des efforts d’une stratégie SEO.

Chez AdPremier, on a plutôt tendance à se positionner entre les deux. Pour nous, des backlinks de qualité sont un vrai atout pour obtenir de bonnes performances en référencement naturel. Mais, en même temps, la priorité doit demeurer la création de contenus qualitatifs, qui, idéalement doivent pouvoir attirer d’eux-mêmes des backlinks sans avoir à aller les chercher.

On touche là à la frontière relativement floue entre un SEO réalisé selon les règles édictées par Google et un SEO qui contourne ces règles.

 

Black hat vs. White hat : l’approche AdPremier

 

Si vous avez déjà lu l’article dans lequel on vous explique comment se déroule une prestation SEO chez AdPremier, vous savez qu’on est adeptes du SEO fait dans les règles de l’art, façon « white hat », donc. On pense que c’est le meilleur moyen d’installer une acquisition de trafic naturel performante sur le long terme.

Bien sûr, quand on se lance sur ce canal, il est plus facile d’obtenir des résultats rapides en prenant des libertés avec la règle. Mais l’approche de Google est ainsi faite aujourd’hui que, passé quelques mois, un acteur qui respecte ses « guidelines » a toutes les chances de rattraper ceux qui ont débuté pied au plancher du côté obscur de la force. Sans compter que les tricheurs encourent le risque de se voir infliger une pénalité par Google, qui réduirait leurs efforts à néant du jour au lendemain.

Sincèrement, on est plus serein quand on a déployé une stratégie propre et pérenne, qui installe un levier d’acquisition à long terme. Cela ne veut pas dire qu’il faille par exemple rejeter toute opportunité de backlink, ni s’interdire certaines optimisations techniques plus dirigées vers les robots que vers les utilisateurs. Mais il faut toujours garder à l’esprit un devoir de pertinence et de cohérence du contenu pour la cible. Ce doit être la priorité du SEO.

 

À retenir

 

Le SEO est un canal historique du webmarketing. Employé à bon escient, il peut devenir une vraie source de performance en matière d’acquisition de trafic qualifié. Mais il souffre auprès de beaucoup d’entrepreneurs d’une mauvaise image de levier chronophage et long à activer.

Pour tirer profit du référencement naturel, il faut l’aborder avec :

  • Une stratégie globale qui ne se limite pas à Google pour générer du trafic
  • Une bonne maîtrise des 3 axes de performance que sont le contenu, la technique et le netlinking
  • Une démarche honnête, tournée vers la satisfaction du besoin de l’utilisateur

Pour tout vous dire, le SEO tend de plus en plus à s’inscrire dans une démarche globale d’optimisation de l’expérience utilisateur et il peut être très efficace de le penser sous cet angle. Omnicanalité et cohérence d’ensemble sont de toute façon les maîtres-mots d’un marketing digital en phase avec les enjeux de notre époque.

 

Vous souhaitez en savoir + ?

Vous aimerez aussi :

Inbound vs. Outbound : quelle stratégie marketing adopter ?

Inbound vs. Outbound : quelle stratégie marketing adopter ?

L’Outbound Marketing est, paraît-il, en perte depuis quelques années, au bénéfice de l’Inbound marketing. Les chiffres viendraient d’ailleurs confirmer cette tendance, puisqu’on estime par exemple que 80% des internautes ignorent totalement les liens sponsorisés sur...