fbpx

Accueil » Blog » Pénalités Google : ce que vous devez savoir pour mettre votre site à l’abri

RGPD :

Commentaires – 

0

Commentaires – 

0

Pénalités Google : ce que vous devez savoir pour mettre votre site à l’abri

Le SEO a cette réputation d’être le levier de marketing digital qui repose le plus sur un travail de long terme. Cette affirmation serait à nuancer, mais elle est tout de même fondée sur une réalité. Car force est de constater qu’on ne bâtit rien de grand en référencement naturel sans une certaine constance dans le travail de création de contenu et de netlinking.

La conséquence, c’est que, plus que pour tout autre levier, l’accumulation des bénéfices des actions entreprises au fil du temps est cruciale dans une stratégie de SEO. Dans ce domaine, le fait d’être obligé de repartir à zéro peut avoir des conséquences dramatiques (voire irréversibles) pour un business.

Or, c’est ce qui peut vous arriver si Google inflige une pénalité de référencement à votre site. Toutes les pénalités ne se valent pas et toutes n’entraînent pas les mêmes désagréments. Mais elles peuvent vite arriver si vous ne respectez pas un certain nombre de principes essentiels.

Cet article a donc pour but de résumer ce que vous devez savoir en la matière. Il ne s’agit pas d’adopter un point de vue d’expert sur la question, mais de vous donner les clés pour inscrire le référencement naturel de votre site dans une stratégie pérenne de marketing digital.

 

 

 

Qu’est-ce que qu’une pénalité de Google ?

 

L’évolution du moteur de recherche de Google est structurée depuis le départ par un projet central : proposer aux utilisateurs les sites qui répondent le mieux aux demandes exprimées dans leurs requêtes. Au fil des années, un algorithme de plus en plus complexe a donc été développé pour mettre en avant un site quand il sert ce projet et le pénaliser quand il dessert ce projet.

Ainsi, un site pénalisé, c’est un site dont Google estime qu’il ne respecte pas les règles de son projet. Mais les pénalités en question peuvent être de deux types.

 

Les pénalités manuelles

 

Comme leur nom l’indique, ces pénalités sont activées manuellement par un humain. En l’occurrence, elles sont le fait des Quality Raters de la Google Quality Teams. Ces derniers visitent régulièrement les sites référencés sur le moteur de recherche, en parallèle des robots d’indexation, pour en évaluer la qualité et le niveau de respect des règles énoncés par Google (voir ci-dessous).

Si votre site enfreint clairement l’une de ces règles, ils lui appliqueront une lourde pénalité dans les résultats de recherche ; ce qui pourrait avoir pour effet de vous faire perdre la quasi-totalité de votre trafic naturel.

 

Les pénalités algorithmiques

 

Ces pénalités ne sont pas infligées par des humains mais par les Google Bots, qui scannent le web à longueur de journée pour, eux aussi, évaluer la qualité des sites référencés.

Contrairement aux pénalités manuelles, les pénalités algorithmiques ne sont pas notifiées de manière explicite. Mais elles peuvent avoir un effet tout aussi dommageable sur le trafic de votre site. La principale difficulté à leur sujet reste alors de pouvoir les identifier quand votre site en est victime…

 

Comment savoir si votre site a été sanctionné par une pénalité ?

 

Dans le cas d’une pénalité manuelle, l’identification ne pose pas de problème : un message s’affiche dans votre Search Console pour vous notifier la pénalité :

 

pénalité google action manuelle

 

Vous avez par ailleurs accès au motif de la pénalité et à un formulaire permettant de resoumettre votre site pour la faire enlever.

 

pénalité manuelle

 

Généralement, les propriétaires de sites qui subissent ce genre de pénalités sont assez peu surpris et savent à quelle(s) action(s) ils la doivent. S’ils ne le savent pas, leur prestataire SEO, lui, le sait assurément… Autant vous dire, donc, qu’il n’y a pas besoin de chercher très longtemps pour savoir où faire le ménage avant de demander un réexamen manuel du site.

En revanche, si vous êtes victime d’une pénalité algorithmique, le problème est plus difficile à cerner. Et pour cause, ces pénalités sont appliquées automatiquement sans que les propriétaires des sites en soient avertis. La différence n’est donc pas flagrante entre un site qui ne bénéficie tout simplement pas d’une stratégie SEO performante et un site qui est réellement pénalisé par l’algorithme.

Avec l’expérience et en suivant l’actualité SEO (notamment l’impact des mises à jour successives de l’algorithme de Google), on peut toutefois les identifier avec plus ou moins de certitudes. Dans le cas d’une chute flagrante de trafic et de positions sur certains mots clés, sans action majeure de votre part ou de la part de vos concurrents, on peut raisonnablement se dire que votre site a été épinglé par une mise à jour de l’algorithme.

Conclusion ? Vous devez connaître les principes directeurs de ces mises à jour et en particulier ceux des deux filtres principaux de ces dernières années.

 

Panda et Penguin : deux filtres algorithmiques à connaître pour éviter d’être pénalisé

 

Dans le domaine du référencement naturel, on a connu un âge d’or des pratiques de suroptimisation des sites. Pendant longtemps, il suffisait de connaître quelques astuces techniques pour s’immiscer dans les failles de l’algorithme et propulser un site vers les premières positions des résultats de recherche.

Mais cette époque est révolue et, depuis 2011, Google a développé deux filtres, Panda et Penguin qui bénéficient de mises à jour régulières dans l’algorithme pour pénaliser les propriétaires de sites qui essaient de contourner les règles. Depuis, d’autres filtres ont vu le jour, mais ces deux-là restent les plus influents et ceux qui pénalisent le plus de sites. Mieux vaut donc les connaître…

 

Panda : le contenu selon Google

 

Pour le dire rapidement, le but de Panda dans l’algorithme de Google est de garantir la qualité du contenu des sites qui sont référencés dans le moteur de recherche. L’idée ? Faire la chasse aux sites dont les pages n’apportent aucune valeur aux internautes et ont été rédigées uniquement pour améliorer leur positionnement dans le classement des résultats de recherche et accroître leur visibilité sur le web.

Se trouvent ainsi pénalisés les sites qui pratiquent par exemple le « duplicate content », la suroptimisation de mots clés (dans les textes et dans les ancres de lien), le spam et la rédaction de mauvaise qualité au sens large. Pour savoir si vous êtes susceptible d’être concerné, vous pouvez aller faire un tour sur les questions à se poser que Google a rendu publiques en 2011.

Aujourd’hui, Panda bénéficie même d’une place au cœur de l’algorithme, chaque site crawlé par les robots recevant un « score Panda ». Il ne s’agit plus simplement d’un filtre, mais bel et bien d’un signal de calcul à part entière.

 

Penguin : le netlinking selon Google

 

De son côté, Penguin est aux pratiques externes de référencement ce que Panda est au contenu interne. Il vise en particulier à sanctionner les actions de netlinking qui ne sont pas naturelles. En gros, l’achat de liens ou leur échange abusif.

Dans le monde idéal de « Pingouin », chaque backlink devrait être obtenu à la sueur du front ou, au moins, de manière méritoire. Bien sûr, dans les faits, il est possible d’acquérir des liens sur des sites de qualité et dans le cadre d’une démarche naturelle à laquelle Google ne trouve rien à redire. Mais il faut être très prudent avec cette approche du SEO, qui est une source potentielle de sanctions.

D’autant plus que, comme Panda, Penguin a lui aussi fini par intégrer le cœur de l’algorithme, dont il est aujourd’hui un signal permanent. Au même titre que la qualité du contenu, la qualité du netlinking est ainsi devenu un axe essentiel pour travailler son SEO dans les règles (officielles !) de l’art et éviter les pénalités.

 

Les bonnes pratiques SEO à retenir

 

Le sujet des pénalités Google peut paraître complexe à première vue, mais, si vous ne deviez retenir qu’une chose, c’est qu’en faisant les choses de manière honnête et intelligente, vous n’encourez normalement pas de sanction. En l’occurrence, on vous recommande donc d’adopter au moins ces quelques bonnes pratiques.

 

Soignez votre contenu

 

Le marketing digital d’aujourd’hui ne peut pas se passer d’un contenu de qualité. Aussi, vouloir gagner du temps au détriment de cette qualité peut vite devenir une très mauvaise idée. A contrario, investir du temps et de l’argent dans une vraie stratégie de création de contenu original, adaptée aux besoins de la cible, c’est poser les jalons d’une performance à long terme.

Alors, soignez votre contenu et votre contenu vous le rendra (au moins par le biais de Google dans un premier temps) !

 

Optimisez votre UX

 

Le but de Google est de proposer à ces utilisateurs la meilleure navigation possible. Aussi, il est de plus en plus attentif à la qualité de l’expérience utilisateur sur les sites qu’il référence.

Oubliez donc les pop-ups qui s’ouvrent dans tous les sens, les pages qui prennent plusieurs secondes à charger, les sous-menus à rallonge ou, pire que tout, les interfaces pas adaptées au mobile. Depuis une mise à jour importante de mai 2021, qui a entériné la notion de « Page Experience », l’algorithme de Google prend tous ces détails en compte.

 

Développez un réseau de backlinks naturels

 

Plutôt que de vous tourner systématiquement vers un prestataire pour acquérir des backlinks dans des endroits obscurs d’internet, essayez de vous demander comment vous pourriez en obtenir naturellement. En créant des contenus de référence à forte valeur ajoutée, dans lesquels vous partagez votre expérience et votre expertise, vous pourrez sûrement attirer l’attention d’autres créateurs de contenus et récupérer des liens vers votre site. Le tout est de trouver les sujets qui s’y prêtent le mieux.

 

Ne mettez pas tous vos œufs dans le panier SEO

 

Même en étant de bonne volonté dans sa stratégie SEO, on n’est jamais totalement à l’abri d’une pénalité appliquée par les algorithmes. Or, quand celle-ci arrive, les conséquences peuvent être brutales, surtout si toute votre stratégie d’acquisition repose en grande partie sur le référencement naturel.

Chez AdPremier, de manière générale, nous recommandons de développer une stratégie digitale polyvalente, capable de saisir les opportunités là où elles se trouvent et d’intégrer habilement les différents canaux dans une approche évolutive. C’est le meilleur moyen de compenser rapidement une baisse de performances sur un canal particulier, par exemple une pénalité Google sur votre SEO.

Et si on vous offrez un audit de votre stratégie pour voir où vous en êtes ?

 

Vous souhaitez en savoir + ?

Vous aimerez aussi :

9 leviers pour accroître vos ventes grâce au copywriting

9 leviers pour accroître vos ventes grâce au copywriting

Vous aurez beau passer des heures et des heures à soigner vos articles, pages de vente et autres landing pages importantes pour votre business, 8 internautes sur 10 n’en liront que le titre. Conclusion ? Le monde est injuste. Mais encore ? Vos titres doivent...