Mise à jour de l’algorithme Google de mai 2021 : êtes-vous prêt pour le SEO du futur ?

Annoncé en mai 2020 et confirmé au mois de novembre de la même année, le projet « Core Web Vitals » de Google sera réellement intégré à l’algorithme de classement des sites web en mai 2021. L’idée : faire de l’expérience de navigation sur les sites indexés un critère à part entière de l’algorithme.

Dans le milieu du SEO, l’expérience utilisateur était déjà considéré comme un aspect important pour faire ranker un site en haut des résultats de recherches. Mais l’impact de ce critère restait officieux et plutôt lié à des effets indirects. Il n’avait en fait jamais été reconnu officiellement par Google.

C’est maintenant chose faite et cette mise à jour de l’algorithme Google de mai 2021 devrait avoir une influence durable sur le monde du SEO. Alors, voici ce qu’il y a à savoir sur le sujet pour vous assurer que votre UX (expérience utilisateur) ne va pas plomber votre référencement naturel à partir du mois de mai…

 

 

mise à jour algorithme google mai 2021

 

Un peu d’histoire : les 3 grandes mises à jour de l’algorithme de Google

 

Au fil de son histoire, le leader des moteurs de recherche a régulièrement rebattu les cartes du référencement naturel en introduisant d’importantes mises à jour dans son algorithme de classement des sites dans les résultats de recherche.

Des mises à jour de son algorithme, Google en effectue en réalité plusieurs par jour, mais, de temps en temps, il en implémente une dont l’impact est majeur et fait considérablement varier les positions de certains sites. Ces dernières années, il y en a eu au moins trois, qui ont marqué les esprits dans l’univers des experts SEO :

  • Florida (2003)

Pas toujours très connue, mais fondatrice en la matière, cette première grosse mise à jour a lancé les suivantes. Le message était clair : les propriétaires de sites utilisant des stratégies pour manipuler l’algorithme de Google s’exposaient dorénavant à des pénalités. Et la promesse a rapidement était tenue, au grand désespoir des webmasters concernés.

  • Panda (2011)

Cette mise à jour ciblait un problème important pour le développement stratégique de Google : le contenu de faible qualité indexé dans ses pages de résultats de recherche. Google en a alors profité pour publier une liste de 23 directives à respecter pour plaire à son algorithme. Et, dans la foulée, ont été sanctionnés certains sites contenant trop peu de textes ou des textes dupliqués.

  • Penguin (2012)

Il s’agissait cette fois de sanctionner l’utilisation des techniques les plus poussées visant à manipuler l’algorithme vis à vis du netlinking : répartition d'ancrage incohérente, suroptimisation, échange de liens abusif… Comme pour les deux précédentes mises à jour majeures, de nombreux sites ont été pénalisés.

Aujourd’hui encore, comme un gage de l’impact durable de ces mises à jour, on parle familièrement de sites qui se sont pris une pénalité estampillée « Panda » ou « Penguin ».

 

La mise à jour « Google Page Experience » de mai 2021

 

Depuis Florida, Panda et Penguin, Google n’a pas implémenté de mises à jour aussi radicales, mais son algorithme continue à bénéficier régulièrement de « core updates », qui, si elles ne modifient pas structurellement les règles du SEO, ont quand même un impact sur le classement des sites.

Or, la prochaine grosse mise à jour annoncée pour mai 2021 pourrait bien être une mise à jour structurante, comme il n’y en a pas véritablement eues depuis 2012. Entre la volonté d’officialiser l’approche « Google Page Experience » et celle d’y intégrer les nouveaux critères du projet « Core Web Vitals », cette mise à jour devrait donner le la du référencement naturel des années à venir.

Mais quels sont ces critères en passe d’être intégrés à l’algorithme de classement de Google ?

Il y en a 7 au total : 4 déjà connus et 3 nouveaux :

 

 

Les critères traditionnels de l’expérience utilisateur

 

Parmi les anciens indicateurs d’expérience utilisateur que Google s’apprête à intégrer dans son algorithme, on trouve donc :

  • La dimension « mobile friendly » ou « responsive », qui renvoie à la faculté du design d’un site de s’adapter à tous les formats d’écrans (desktop, tablette, mobile),
  • La navigation sécurisée, autrement dit l’absence de problèmes de sécurité (malware, phishing, téléchargement dangereux…) suspectés par le module « Safe Browsing » de Google,
  • Le protocole HTTPS, dont le chiffrement garantie théoriquement la confidentialité et l'intégrité des données envoyées par l'utilisateur
  • Le respect des consignes concernant l’interstitiel intrusif (pop-ups, bannières et autres dispositif intrusifs).

 

Les 3 nouveaux critères du projet « Core Web Vitals »

 

Aux 4 critères traditionnels, Google a annoncé ajouter 3 nouveaux critères liés à son projet « Core Web Vitals » :

  • Le LCP (Largest Contentful Paint), qui se focalise sur le temps de chargement du contenu principal de la page,
  • Le FID (First Input Delay), qui mesure le délai de première interaction de l’utilisateur avec la page,
  • Le CLS (Cumulative Layout Shift), qui renvoie à la stabilité visuelle de la page (fréquence à laquelle les utilisateurs subissent des changements de mise en page inattendus).

Vous le constatez, réussir le test « Google Page Experience » impliquera donc, dès le mois de mai, de répondre à certaines exigences techniques assez pointues.

Or, encore récemment, seuls 15% des sites réussissaient ce test

Alors, à quoi peut-on concrètement s’attendre pour le référencement naturel des 85% de sites qui ne sont pas au niveau des exigences fixées par Google ?

 

Quels changements concrets lors de l’application de la mise à jour de mai 2021 ?

 

Google a pour l’instant peu communiqué sur l’impact réel de sa mise à jour Google Page Experience. Force est donc d’avouer qu’on l’attend avec une certaine fébrilité, surtout pour les sites mal préparés…

Honnêtement, compte tenu de la hauteur des exigences, on imagine mal que les sites qui ne les atteignent pas puissent être vraiment pénalisés par l’algorithme de Google dès le mois de mai 2021. En revanche, il ne serait pas étonnant que les sites qui valident le test gagnent des places dans les résultats de recherche et dépassent donc des sites mal optimisés.

Mais le changement annoncé récemment et auquel on ne s’attendait pas, c’est la mise en place d’un indicateur visuel de Page Experience dans les pages de résultats sur Google. Or, le but de cet indicateur étant de mettre en avant les sites qui proposent une bonne expérience utilisateur, il devrait avoir un vrai impact sur le taux de clic (CTR) dans les SERP.

Quoi qu’il en soit, que cette mise à jour risque ou non de dégrader votre référencement naturel dès le mois de mai, il faut la considérer comme une première étape importante vers le SEO du futur.

Ce SEO, Google veut clairement, depuis quelques années, l’orienter vers la qualité des réponses proposées par les sites web aux requêtes formulées par ses utilisateurs. Et l’expérience utilisateur d’un site est un aspect important de cette qualité, avec la pertinence de ses contenus et l’authenticité de sa démarche.

Pour l’instant, l’essentiel à retenir de cette mise à jour est donc qu’elle se veut un tournant dans les pratiques de référencement naturel, une base pour les évolutions à venir.

Ce que nous vous conseillons chez AdPremier, c’est de prendre ce tournant dès maintenant plutôt que d’attendre d’être au pied du mur… Nos experts SEO sont là pour vous aider à y voir plus clair sur la question.




Leave a Reply

Your email address will not be published.


Comment


Name

Email

Url


J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * pour Cliquer sur la durée souhaitée.