fbpx

Accueil » Blog » Comment identifier les mots clés les plus pertinents pour votre business en 5 étapes

RGPD :

Commentaires – 

0

Commentaires – 

0

Comment identifier les mots clés les plus pertinents pour votre business en 5 étapes

19 Avr 2021

Le web, tel qu’il s’est construit, fait la part belle à la notion de « mot clé », qui désigne un terme ou un ensemble de termes utilisés par un internaute pour effectuer une recherche en ligne via un moteur de recherche. De Google au blog du prof de math de vos enfants, en passant par Amazon, votre drive alimentaire préféré ou les pages institutionnelles de votre mairie, quasiment aucun site n’y échappe : les mots clés sont partout !

Bien sûr, quand on pense « mots clés », on pense avant tout à Google, qui centralise 90% des recherches d’internautes en France. Et cet article sera essentiellement consacré aux stratégies business liés aux mots clés du leader des moteurs de recherche. Mais il est important de garder dans un coin de la tête le fait que toute ne se passe pas non plus sur Google et que des opportunités de mots clés peuvent surgir ailleurs.

Voici, donc, le processus en 5 étapes que nous vous recommandons de suivre pour identifier les mots clés les plus pertinents pour votre business.

Un seul objectif : exploiter au mieux les requêtes textuelles de vos prospects.

 

 

 

Exploitez votre propre connaissance de votre marché et de votre cible

 

Depuis l’intégration du système de deep learning « RankBrain » dans son moteur de recherche (officiellement en 2015), Google n’a cessé de progresser dans sa compréhension du sens des requêtes des internautes. Autrement dit, il ne se contente plus d’identifier un mot clé, mais analyse l’intention de l’internaute qui utilise ce mot clé. Cela lui permet à la fois de comprendre les requêtes inédites et de proposer les meilleures réponses possibles pour toutes les requêtes.

Résultat : les mots clés ne font plus totalement la loi en matière de référencement naturel.

Bien sûr, ces mots clés sont toujours l’élément central pour lier une requête et une page web, mais il n’est plus nécessaire de saturer vos pages avec tous les synonymes référencés par Google pour lui faire comprendre de quoi parle cette page.

Depuis quelques années, le mot d’ordre en matière de référencement est au langage naturel et cette tendance va en s’accentuant.

La bonne nouvelle pour vous, entrepreneur, c’est que la connaissance profonde que vous avez de votre marché et de votre cible est plus directement exploitable. En effet, même s’il est toujours bon d’en passer par une phase d’analyse des mots clés selon l’approche de Google (voir ci-dessous), votre propre expérience des problématiques de vos prospects et de la manière dont ils les expriment est de plus en plus en plus utile pour plaire à Google.

Donc, avant de vous lancer dans un travail technique sur les mots clés, commencez par interroger cette expérience personnelle et laissez votre intuition formuler les expressions de recherches en lien avec votre business.

Si vous manquez d’idée, pourquoi ne pas utiliser par exemple un site comme AnswerThePublic, qui vous aidera à trouver des questions de votre cible auxquelles vous n’avez pas pensé.

 

Adoptez le vocabulaire de l’environnement Google

 

Certes, Google progresse dans sa compréhension du langage naturel grâce à ses outils d’apprentissage automatique, mais ces outils continuent d’obéir à une logique d’algorithme. Pour s’adresser à eux, il est donc toujours préférable de parler leur langage.

En l’occurrence, les moyens de traduire l’environnement sémantique de votre business en mots clés appartenant à l’environnement sémantique de Google ne manquent pas. Et vous pouvez déjà faire du bon travail sans forcément avoir recours aux logiciels professionnels de SEO, en particulier aux Keywords Tools.

Vous pouvez par exemple utiliser le planificateur de mots clés (Google Keyword Planner), qui est accessible gratuitement à tous les propriétaires d’un compte Google Ads, ou les statistiques de mots clés de vos rapports de campagnes, disponibles sur ce même compte Google Ads. Ce sont les deux meilleurs moyens pour trouver les mots clés les plus pertinents pour votre business aux yeux de Google.

Mais vous pouvez aussi utiliser directement les pages de recherche Google pour trouver de nouvelles idées de mots clés et, ce, de deux manières :

  • En vous servant de Google Suggest, la fonctionnalité de saisie semi-automatique qui vous propose des suggestions de recherches en lien avec la recherche que vous êtes en train de saisir dans la barre de recherche :

 

  • En relevant les « recherches associées » à une recherche donnée, qui apparaissent en bas de la page des résultats :

 

Bien sûr, pour rendre votre travail sémantique plus exhaustif, il est toujours bon d’utiliser le générateur de mots clés d’outils payants tels que SEMrush, Yooda Insight, Ubersuggest ou SEO Quantum.

 

Balayez la longue traîne autant que possible

 

En SEO, on appelle « longue traîne » (ou « long tail » en anglais) l’ensemble des expressions de recherche composées de plusieurs termes (souvent plus de 3) et dont chacune recueille individuellement un faible volume de recherches. Cette notion s’oppose à celle de « courte traîne », qui renvoie aux mots clés les plus génériques sur un marché, généralement des expressions courtes (2 à 3 termes au maximum) qui recueillent individuellement un important volume de recherches.

Intuitivement, on a plutôt tendance à vouloir trouver en priorité les mots clés les plus recherchés, ceux de courte traîne. Pourtant, l’ensemble de la longue traîne recouvre plus de requêtes mensuelles et offre très souvent de bonnes opportunités pour se positionner rapidement.

Certes, se positionner en première page sur un mot clé de courte traîne peut rapporter gros. Mais il est souvent plus facile de se positionner sur plusieurs mots clés de longue traîne, qui, mis bout à bout, rapporteront autant, voire plus dans certains cas.

Et le constat vaut aussi en matière de référencement payant (SEA), où il est parfois intéressant de viser des requêtes de longue traîne sur lesquelles les enchères sont beaucoup moins concurrentielles.

Pour trouver ces mots clés de longue traîne, le processus est le même que celui décrit aux étapes 1 et 2. Il faut simplement l’aborder dans l’optique d’être aussi exhaustif que possible et de cartographier avec précision l’ensemble de l’univers sémantique auquel votre offre commerciale peut répondre.

 

Identifiez les opportunités sémantiques les plus rentables pour votre business

 

Une fois votre environnement sémantique cartographié, vous devez le mettre en relation avec vos ressources financières et techniques, afin de déterminer quels sont les mots clés les plus pertinents par rapport à la situation spécifique de votre business.

Si vous disposez d’un site internet avec peu de trafic, que vos budgets de netlinking et de référencement payant sont limités et que vos moyens humains sont réduits, il pourrait être difficile pour vous d’être rentable sur les mots clés les plus concurrentiels. En revanche, en ciblant des mots clés de longue traîne à forte dimension transactionnelle, vous pourriez rapidement vous rendre visible auprès d’une audience très qualifiée et proche de l’achat.

À l’inverse, si votre site dispose d’un fort potentiel SEO et que vous projetez de réaliser des investissements importants, vous pouvez envisager d’aller vous frotter aux leaders de votre marché en visant les mots clés les plus concurrentiels. En déployant une stratégie pertinente, votre business pourrait rapidement changer de dimension.

En d’autres termes, il s’agit de faire des choix, d’arbitrer. Il s’agit de mesurer votre potentiel et de déterminer les meilleurs objectifs en conséquence, pour maximiser votre retour sur investissement.

 

Planifiez votre stratégie en mobilisant intelligemment vos différents canaux d’acquisition

 

Quand on pense « mots clés », on pense souvent « référencement naturel » et « référencement payant ». Or, un aspect essentiel d’une stratégie performante d’acquisition de trafic consiste justement à utiliser intelligemment et de manière complémentaire l’ensemble des canaux à votre disposition, donc pas uniquement le SEO et le SEA.

Cela peut impliquer d’aller par exemple regarder du côté d’Amazon, de Youtube, voire des réseaux sociaux…

Les mots clés que vous visez ont un CPC trop élevé sur Google ? Dont acte.

Avez-vous alors songé à vous positionner sur les mêmes mots clés en référencement naturel ? La concurrence y est peut-être moins rude…

Mais surtout, avez-vous regardé si des vidéos Youtube de qualité existaient sur la thématique ? Dans le cas contraire, cela pourrait être une excellente opportunité pour vous de vous positionner sur le 2e moteur de recherche après Google. D’autant plus que réaliser une vidéo est moins difficile qu’il n’y paraît.

 

 

Qu’en est-il par ailleurs des réseaux sociaux ? Facebook, Instagram ou même Linkedin disposent par exemple de leur propre moteur de recherche et ils sont de plus en plus utilisés. Avez-vous vérifié si des résultats pertinents ressortaient sur vos mots clés cibles ? Il y a peut-être là aussi une opportunité à saisir, éventuellement avec une approche plus orientée « growth hacking ».

 

 

Quid d’Amazon ? En matière de requêtes e-commerce, son moteur de recherche est aujourd’hui plus utilisé par les internautes que celui de Google. Alors, si vous êtes difficilement rentable sur vos campagnes Shopping ou Display sur Google Ads, peut-être le seriez-vous plus facilement sur Amazon Advertizing

 

 

Bref, vous avez compris l’idée : identifier les mots clés les plus pertinents pour votre business, c’est aussi identifier le canal d’acquisition sur lequel ils sont le plus pertinents.

Et, ça tombe bien, AdPremier peut vous aider à mettre sur pied une stratégie omnicanale adaptée à vos propres opportunités. SEO, Google Ads, Amazon Ads, Social Ads : contactez-nous pour faire fructifier vos mots clés en tirant le meilleur de chaque plateforme !

 

En définitive, savoir trouver de bons mots clés, susceptibles d’alimenter en permanence votre activité en prospects qualifiés, est donc un travail à ne pas prendre à la légère. Se lancer sur une stratégie d’acquisition de trafic sans avoir suffisamment étudié votre environnement sémantique au préalable est le meilleur moyen de sous-exploiter le potentiel digital de votre business. Mieux vaut prendre le temps, au départ, de bien quadriller le terrain pour éviter d’avoir, par la suite, à tout modifier en profondeur.

Vous souhaitez en savoir + ?

Vous aimerez aussi :

Inbound vs. Outbound : quelle stratégie marketing adopter ?

Inbound vs. Outbound : quelle stratégie marketing adopter ?

L’Outbound Marketing est, paraît-il, en perte depuis quelques années, au bénéfice de l’Inbound marketing. Les chiffres viendraient d’ailleurs confirmer cette tendance, puisqu’on estime par exemple que 80% des internautes ignorent totalement les liens sponsorisés sur...