fbpx

Accueil » Blog » Google Ads : améliorez l’efficacité de vos annonces grâce aux extensions d’image

RGPD :

Commentaires – 

0

Commentaires – 

0

Google Ads : améliorez l’efficacité de vos annonces grâce aux extensions d’image

22 Mar 2022

Vous connaissez sûrement ce célèbre adage issu de l’univers du journalisme : le poids des mots, le choc des photos. Une chose est sûre, il est parvenu jusqu’aux oreilles de Google Ads, qui, en 2021, a enfin rendu possible l’ajout d’images dans ses extensions d’annonces textuelles.

Ce type spécifique d’extensions d’annonces est parmi les plus récents de la plateforme, mais surtout parmi les plus incontournables. Que vous soyez familier ou non de cette fonctionnalité, vous avez tout intérêt à l’utiliser pour améliorer l’efficacité de vos campagnes Google Ads.

Alors, sans plus tarder, voici, en quelques points essentiels, ce qu’il y a à savoir sur le sujet.

 

 

extensions d'image annonces google ads

 

Pourquoi utiliser des extensions d’image sur Google Ads ?

 

La réponse est dans la question : parce que, comme toutes les extensions d’annonces Google Ads, les extensions d’image étendent le potentiel de vos annonces textuelles. Mais, parmi toutes les extensions disponibles, les images sont peut-être l’option qui a le plus d’impact sur les performances grâce à leur complémentarité naturelle avec les textes.

S’il fallait se limiter à une extension pour vos annonces sur le réseau de recherche (ce qu’il ne faut pas faire !), ce serait sûrement celle-ci. Et pour cause, bien utilisées, les extensions d’image peuvent :

Si votre environnement Ads se prête à l’intégration d’images dans vos campagnes, cela pourrait donc introduire un bonus conséquent dans vos performances. Encore faut-il, bien sûr, que vous soyez éligible…

 

Qui peut utiliser ce type d’extensions d’annonces ?

 

Après avoir été d’abord implémentées en version bêta auprès d’un nombre restreint de comptes, les extensions d’images sont désormais accessibles à de nombreux utilisateurs de Google Ads. Pour pouvoir les utiliser sur vos annonces, il vous faut simplement valider quelques conditions :

  • Votre compte Google Ads doit avoir été créé depuis plus de 90 jours
  • Il doit avoir globalement respecté les règles d’utilisation de la plateforme
  • Il ne doit pas être associé à un sous-secteur non éligible aux extensions d’images (alcool, jeux d’argent, santé, contenu à caractère sexuel…)
  • Il doit comporter des annonces textuelles actives sur le réseau de recherche

En dehors de ces conditions administratives, il n’y a pas de contre-indications à l’insertion d’images dans vos annonces. Tous types d’entreprises peuvent en bénéficier et ont un vrai intérêt à le faire.

N’hésitez pas à vous rapprocher d’un consultant de notre agence Google Ads certifiée pour connaître le potentiel de ces extensions pour votre propre compte :

 

PRENDRE CONTACT

 

Comment paramétrer des extensions d’image dans vos campagnes ?

 

Si vous n’êtes pas familier des extensions d’annonces sur Google, il est peut-être temps d’aller jeter un coup d’œil à l’onglet concerné du menu « Annonces et extensions » de votre compte Google Ads. En cliquant sur le « + » bleu, vous pouvez y choisir parmi les différents types d’extensions à ajouter, dont les extensions d’image.

Il vous faudra alors suivre les instructions pour importer à l’endroit souhaité les images dont vous avez besoin, vérifier l’aspect final de votre extension, puis l’enregistrer pour lancer sa diffusion.

Comme vous pouvez le voir, en théorie, c’est on ne peut plus simple. Mais, dans la pratique, il ne suffit pas de télécharger des visuels dans votre compte Google Ads pour diffuser des extensions d’images performantes sur vos annonces.

Comment choisir vos images ? À quel format les importer ? Combien en importer ? À quel niveau de vos campagnes les intégrer ? Y a-t-il des consignes spécifiques de Google à appliquer ? Voilà autant de questions qu’il vaut mieux vous être posé avant de vous lancer pour mettre toutes les chances de votre côté.

 

Quelles optimisations mettre en œuvre pour augmenter vos performances Ads ?

 

Avec un peu d’expérience et en respectant quelques règles simples (qu’elles soient officielles ou non), vous pouvez rapidement augmenter les performances de vos annonces textuelles avec des visuels. Si vous avez déjà de bonnes bases en marketing et, éventuellement, une expérience des Social Ads, vous constaterez que les extensions d’image sont assez intuitives à optimiser.

 

Quel format choisir pour vos images ?

 

Le format le plus courant dans l’affichage des extensions d’image est le format carré. Google Ads vous imposera donc d’avoir au moins une image au format 1:1, d’une résolution minimale de 300 x 300 pixels. Mais il est recommandé d’utiliser une résolution de 1200 x 1200 pour un affichage optimal sur tous les périphériques.

Un format paysage est également autorisé sur cette extension d’annonces, même s’il est facultatif. Pour l’utiliser, vous devrez télécharger des visuels au format 1,91:1, d’une résolution minimale de 600 x 314 (résolution recommandée : 1200 x 628).

Dans certains contextes, il peut être intéressant de se démarquer avec ce format paysage, mais le format carré doit tout de même rester votre priorité. De ce point de vue, Google recommande même de limiter les éléments importants à une surface de 80% au centre du visuel.

 

À quel niveau du compte Google Ads introduire vos extensions d’image ?

 

Vos extensions d’image peuvent être paramétrées à deux niveaux différents de votre arborescence Google Ads :

  • Au niveau des campagnes
  • Au niveau des groupes d’annonces

Si vous recherchez une optimisation rapide, qui plus est si vos campagnes ont un faible niveau de granularité, la première option peut convenir.

Mais, pour une optimisation plus poussée et plus adaptée aux objectifs de chaque annonce, on vous recommande de passer rapidement à la seconde option. Cela vaut d’autant plus si vos campagnes regroupent des produits et/ou services différents, qui auraient tout intérêt à être mis en valeur par des images elle aussi différentes.

 

Combien d’images diffuser ?

 

Pour éviter une surexposition de votre audience à vos visuels et permettre à Google Ads d’optimiser les performances de vos annonces, il est recommandé de prévoir au moins trois visuels différents, avec des images uniques. Bien sûr, il est possible d’en importer plus (jusqu’à 20 par campagne ou groupe d’annonces).

Mais il faut surtout veiller à garder une approche qualitative. Dans la SERP de Google, les images sont plus rares que sur d’autres environnements digitaux susceptibles d’accueillir des annonces visuelles (même si c’est de moins en moins vrai…). Quand vous y affichez une image, vous avez donc encore moins le droit à l’erreur, car une mauvaise première impression visuelle aura plus d’impact que sur Facebook, par exemple.

 

Comment sélectionner vos visuels ?

 

L’utilité des images doit être le principe directeur à avoir à l’esprit au moment de les choisir. Elles s’inscrivent dans une démarche de stratégie marketing. Leur rôle ne doit donc pas se limiter à une fonction d’ornement. Vous devez réellement utiliser cet espace en plus dans vos annonces pour faire passer quelque chose de plus à votre cible : un argument, une description, une explication, une inspiration, etc.

Compte tenu de leur pouvoir d’attraction dans la SERP, les images des extensions d’annonces sont souvent plus importantes que les annonces elles-mêmes. Les visuels de vos extensions d’image doivent donc accrocher l’œil, pour augmenter le CTR de vos annonces. C’est leur fonction première.

Mais ils doivent aussi participer à développer votre univers commercial dès la page des résultats de recherche. Il n’y a rien de pire qu’un visuel en total décalage avec l’image de marque ou la charte graphique de la landing page vers laquelle pointe l’annonce. Pour une expérience utilisateur aboutie, vous devez veiller à maintenir de la cohérence à toutes les étapes de votre acquisition.

 

Quelles règles faut-il respecter ?

 

Pour maximiser vos chances d’avoir des extensions d’image performantes, il y a quelques principes fondamentaux à respecter, à commencer par les guidelines de Google :

  • Pas de superposition de logo ou de texte sur les images
  • Pas de GIFs animés
  • Pas d’images floues ou mal recadrées

Au-delà de ces principes officiels, les principes habituels dans l’univers du PPC sont valables, en particulier pour ce qui est de :

  • Démultiplier les variantes (angle, arrière-plan, couleurs…) pour pouvoir A/B tester les performances de différents visuels
  • Miser sur la simplicité des images et la lisibilité de leur symbolique

 

Qu’est-ce que les extensions d’image dynamiques ?

 

On vous parlait encore récemment des bénéfices à retirer des innovations de Google Ads en matière d’automatisations. Or, il se trouve que les extensions d’image ne sont pas en reste avec leur versant « dynamique ».

En activant les images dynamiques dans le menu « Annonces et extensions » de votre compte, vous pouvez ainsi autoriser l’IA de Google à extraire directement de votre site les visuels qui lui semblent opportuns et à optimiser leur affichage en fonction des performances réelles et estimées de ces différents visuels.

Les amateurs de copywriting y verront une occasion en moins d’affiner leurs stratégies de persuasion jusque dans le moindre détail. Mais, pour des annonceurs qui manquent de temps et de ressources, cela peut être un bon compromis. Les outils d’IA de Google Ads ont fait leurs preuves ces derniers temps et on peut leur faire confiance pour assurer un service minimum.

 

Quoi qu’il en soit, si vous avez le moindre doute sur la bonne stratégie à adopter pour booster vos propres annonces textuelles sur le réseau de recherche numéro 1 dans le monde, n’hésitez pas à demander l’avis de nos consultants aguerris avant de vous lancer.

 

Vous souhaitez en savoir + ?

Vous aimerez aussi :

[UX] 10 bonnes pratiques pour améliorer votre taux de conversion

[UX] 10 bonnes pratiques pour améliorer votre taux de conversion

Les internautes sont des consommateurs intransigeants : 90% d’entre eux déclarent quitter un site web dont le design ne génère pas une bonne expérience d’utilisation (source : Finances Online). Et il y a fort à parier que vos prospects sont des internautes comme les...