Google Shopping gratuit : à vous d’en profiter !

Fin avril 2020, la nouvelle avait fait du bruit dans l’univers du SEA : les e-commerçants américains pouvaient désormais référencer gratuitement leurs produits dans l’onglet Shopping de Google. Cette mesure était dans les tuyaux de la firme Alphabet depuis un petit moment et sa mise en application avait en fait été avancée pour apporter une forme de soutien aux petits commerçants en période de confinement.

Le but a été atteint, puisque la gratuité a permis aux entreprises hésitantes de tester Google Shopping et d’expérimenter un gain de visibilité grâce à un nouveau canal d’acquisition de trafic. Mais cette mesure a aussi été l’occasion pour Google d’offrir un échantillon gratuit des nombreuses possibilités offertes par sa plateforme Ads.

Google Shopping gratuit doit donc être tenu pour ce qu’il est : une opportunité appréciable pour les commerçants en ligne, mais un canal d’acquisition dont le potentiel reste bridé par rapport à une utilisation payante.

Dans cet article, on vous expose l’essentiel de ce qu’il y a à savoir sur cette opportunité aujourd’hui disponible en France et on vous livre deux recommandations pour aller plus loin et propulser votre e-commerce dans une autre dimension.

 

 

google shopping gratuit

 

Google Shopping est-il vraiment gratuit ? Retour en arrière…

 

Certes, l’argument avancé par Google pour la gratuité de son onglet Shopping était le soutien aux petites boutiques, pour les aider à basculer plus rapidement dans l’univers digital. Mais cette mesure est aussi intervenue dans un contexte de concurrence accrue avec Amazon, qui, ces dernières années, est venu marcher sur les platebandes du leader des moteurs de recherches.

En 2019, une étude de eMarketer avait ainsi révélé que 66% des recherches de produits en ligne étaient dorénavant effectuées sur Amazon, contre seulement 20% sur Google. Cette fuite de trafic sur des requêtes attractives était difficile à accepter pour Google Ads…

Au début du mois d’octobre de la même année, la plateforme avait alors annoncé une amélioration de son onglet Shopping, en intégrant notamment :

  • La recherche visuelle de produits (et dans le même temps les « visual shopping Ads »),
  • Une fonction « acheter avec Google » (intégration des « shopping actions »),
  • Des partenariats Shopify, WooCommerce, BigCommerce et Paypal pour fluidifier le parcours d'achat.

Quelques mois plus tard, l’annonce d’un « Google Shopping gratuit » permettait donc d’avancer un nouveau pion sur l’échiquier dans la partie engagée contre Amazon.

Or, naturellement, il ne s’agissait pas de rendre ce canal entièrement gratuit et de se priver des recettes publicitaires qu’il engendre. Si la SERP de Google réserve donc maintenant une place aux résultats organiques dans son onglet Shopping, elle accorde toujours une place de choix aux résultats sponsorisés, qui conservent le monopole du carrousel de produits présent dans l’onglet principal et en haut de l’onglet Shopping.

Voici, par exemple, ce que peut donner l’onglet Shopping sur la requête « maillot de bain » :

 

google shopping gratuit et payant

 

Comment profiter des nouvelles fiches Shopping gratuites en tant que e-commerçant ?

 

Si vous êtes déjà utilisateur de Google Shopping et que vous y avez déjà connecté le flux de produits de votre site, la bonne nouvelle pour vous, c’est que vous n’avez rien à faire de plus pour apparaître dans les résultats organiques. C’est le principe : l’onglet Shopping propulse désormais gratuitement des produits dont les fiches correspondent aux recherches des internautes.

Enfin, quand on vous dit que vous n’avez rien à faire, ce n’est pas tout à fait vrai…

Il vous faut en effet être plus attentif que jamais à la qualité de la connexion entre les produits de votre site et leur affichage dans Google Shopping. N’hésitez donc pas à optimiser le maillage de vos pages, l’exhaustivité de votre sitemap XML ou encore la configuration de votre fichier robots.txt. Il en va de la capacité de votre flux à remonter dans les résultats sur le plus de requêtes possible.

Et, tant qu’à faire, puisqu’on parle d’un canal organique, il peut être bénéfique de retravailler votre SEO :

  • Vos titres de produits sont-ils suffisamment explicites et dotés des mots clés principaux ?
  • Vos descriptions sont-elles suffisamment enrichies pour viser les recherches de longue traîne ?
  • Avez-vous correctement intégré les prix, les informations de disponibilités, voire des signaux de confiance ?

Si les subtilités du SEO pour e-commerces ne vous parlent pas plus que ça, nos experts sont là pour vous accompagner et vous aider à profiter des opportunités liées à Google Shopping gratuit.

Bien sûr, si vous n’avez pas encore de compte Google Merchant Center, les éléments sur lesquels nous venons d’insister vous concernent également. Il faudra simplement, avant de pouvoir les mettre en pratique, commencer par créer votre compte !

 

Notre 1ère recommandation : combiner Google Shopping gratuit et payant pour booster votre visibilité

 

Compte tenu de l’offre grandissante que les consommateurs en ligne ont à leur disposition, il est de plus en plus nécessaire de multiplier les affichages d’un produit auprès de chaque internaute pour déclencher un achat. Nous insistons donc régulièrement sur ce point : utilisez toutes les opportunités de visibilité que vous pouvez saisir.

Concrètement, cela veut dire qu’il ne faut pas hésiter à démultiplier vos canaux d’acquisition, mais aussi qu’il faut créer plusieurs expositions au sein d’un même canal. Cela peut vouloir dire plusieurs expositions dans le temps, par exemple avec des stratégies de retargeting ou plusieurs expositions simultanées, en combinant notamment des affichages sponsorisés et des affichages organiques.

En l’occurrence, il s’agit d’apparaître à la fois dans les résultats payants et dans les résultats gratuits de Google Shopping, comme le fait ici Back Market sur la requête « iwatch 6 » :

 

résultats organiques et sponsorisés de google shopping

 

En procédant ainsi, vous multipliez par deux vos chances d’être vu par votre prospect ; ce qui vous rend à la fois plus identifiable et plus crédible à ses yeux, deux leviers importants pour booster votre taux de clic.

 

Notre 2e recommandation : ne vous cantonnez pas à Google Shopping

 

Comme nous vous le disions en introduction, Google n’est plus forcément le canal d’acquisition prioritaire pour les e-commerçants. Certes, l’étendue et la polyvalence de son environnement en fait un partenaire de choix, mais, dans beaucoup de secteurs, il n’est pas rare de générer plus de trafic sur d’autres canaux.

Si votre activité s’y prête, Amazon, qui est devenu le réflexe d’une majorité de consommateurs en ligne lorsqu’il s’agit d’effectuer une recherche en vue d’un achat, peut vous ouvrir une audience extrêmement large.

Les plateformes Social Media peuvent également offrir une excellente alternative à Google Shopping, avec, comme chez Google, l’intégration de fonctionnalités de checkout interne sur certaines d’entre elles.

Et, dans les mois et années à venir, on s’attend aussi à voir débarquer dans l’univers du SEA de nouvelles régies indépendantes, jouant la carte de la « first-party data ».

Vous cantonner à Google Shopping reviendrait en fait à abandonner de nombreuses opportunités à vos concurrents.

 

Vous l’avez donc compris : Google Shopping gratuit est une chance pour les commerçants, en particulier pour ceux qui sont encore peu avancés dans leur transition digitale et peuvent ainsi se lancer sans prendre de risque. Mais, pour passer à la vitesse supérieure, il est indispensable de ne pas s’y limiter et de se tourner rapidement vers les annonces sponsorisées de l’onglet shopping et vers les autres canaux Ads.




Leave a Reply

Your email address will not be published.


Comment


Name

Email

Url


J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * pour Cliquer sur la durée souhaitée.